AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Cours 6 : la da’wa publiquement

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
sur les pas des salafs

avatar

Messages : 448
Date d'inscription : 30/06/2013

MessageSujet: Cours 6 : la da’wa publiquement   Mar 24 Mar - 0:29

Da'wa Publiquement

Depuis le jour où Allah سبحان الله و تعالى Lui a révélé sourate Al Mudaththir, le Prophète صلى الله عليه و سلم commença à prêcher.
Nous avons vu lors du cours précédent, que le Prophète صلى الله عليه و سلم  prêchait d’une façon secrète/en cachette. Il صلى الله عليه و سلم ne le faisait pas publiquement.
Jusqu'à ce qu'Allah سبحان الله و تعالى lui a donné ce nouvel ordre.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم  au début, durant la 1ère période qui est la « da’wa siran (da’wa secrète/en cachette)»:
Jamais il n’allait prêcher Quraich dans les lieux publics: dans leurs assemblées ou vers le Haram, la Ka’aba ou quoique ce soit.
Les musulmans n’étaient pas capable à cette période (je parle bien sûr de da’wa siran), de montrer leur « 3ibada ». Pourquoi ? De peur, de la réaction de Quraich.
Toute personne qui devait faire sa 3ibada, elle allait la faire en « chi3ab ». C’est-à-dire, elle se cachait. Elle allait par exemple sous les arbres.
Quand il y eu environ une trentaine de personnes qui rentrèrent dans l’Islam ; c’est devenue une obligation de se rassembler/regrouper avec le Prophète صلى الله عليه و سلم  pour: les guider, leur apprendre leur religion.
Et pour cela, le Prophète صلى الله عليه و سلم  a choisi la maison de El Arqam Ibnou Abi El Arqam (nous en avons parlé dans le cours précédent, il fait partie des 1ers à être rentrer dans l’Islam). Cet homme a donné sa maison c’est-à-dire, c’est chez lui que le Prophète صلى الله عليه و سلم  se rencontrait avec le reste des musulmans.
C’est ainsi que le Prophète صلى الله عليه و سلم  prêcher les gens, pendant cette période-là, la « da’wa siran ». Il les prêchait d’une façon secrète.
Jusqu’au jour, où Allah سبحان الله و تعالى lui révèle le verset 94 de sourate Al Hijr:


فَٱصْدَعْ بِمَا تُؤْمَرُ وَأَعْرِضْ عَنِ ٱلْمُشْرِكِينَ
Expose donc clairement ce qu'on t'a commandé et détourne-toi des associateurs. [S. Al Hijr V.94]


Là Allah سبحان الله و تعالى lui ordonna de le faire à haute voix, de ne plus se cacher.
« وَأَعْرِضْ عَنِ ٱلْمُشْرِكِينَ …»: et tourne ton dos aux mouchrikine c’est-à-dire qu’il ne faut pas prendre en compte leur réaction.
Ainsi, le Prophète صلى الله عليه و سلم  était obligé de changer les méthodes de da’wa. Au début, il faisait « da’wa siran ». A partir de cet ordre, le Prophète صلى الله عليه و سلم  a changé la méthode. Il a commencé à la faire directement pour appliquer l’ordre d’Allah سبحان الله و تعالى, de sourate Al Hijr.
Tout en ayant confiance en la promesse d’Allah سبحان الله و تعالى qui est qu'Il lui donnera la victoire.
La 1ère des choses, qu’il commença à faire avant de commencer ailleurs, sa 1ère réaction fut d’aller à «Jabal Safâ» (Ce passage-là, nous l’avons cité dans le tafsir de la sourate Al Masad).
Le Prophète صلى الله عليه و سلم dès qu’il reçut l’ordre, il monta sur le Mont de Safâ. Et il commença à appeler les différentes familles/les grandes familles de Quraich.
En leur disant «Wa sabâhah ! Wa sabâhah !».
Sachant que le Prophète صلى الله عليه و سلم était estimé, il avait une bonne place dans la tribu de Quraich, assez remarquable ainsi qu'une très bonne relation avec les gens.
Tous ceux qui entendirent le Prophète صلى الله عليه و سلم accoururent. Et ceux qui ne pouvaient pas y assister, envoyèrent quelqu’un pour les remplacer afin de voir ce que le Prophète صلى الله عليه و سلم  allait leur dire.
Parmi les personnes présentes: Abu Lahab l’oncle du Prophète صلى الله عليه و سلم .
Dès qu’ils se sont regroupés, le Prophète صلى الله عليه و سلم  leur a dit : « Qu’est-ce que vous en pensez  ? Si je vous dis, qu’il y a un troupeau de chevaux qui va vous envahir (c’est-à-dire envahir Mecca). Est-ce que vous allez me croire ?
Ils ont dit : « Oui ! Certes oui ! On ne t’a jamais vu mentir. On n’a pas l’habitude de te voir mentir, donc on te croit.
Il leur a dit : « si c’est le cas ! Je vous avertis qu’il y a entre vos mains un châtiment douloureux qui vous attend (bien sûr dans le cas où ils ne croient pas). »
Abu Lahab lui dit (nous avons déjà vu ce passage dans le tafsir de sourate Al Massad) : Malheur à toi ! C’est pour cela que tu nous as rassemblés.
Après cela, Allah “سبحان الله و تعالى“ lui a ordonné dans sourate Ash Shu’araa – Verset 214 :


وَأَنذِرْ عَشِيرَتَكَ ٱلْأَقْرَبِينَ

Et avertis les gens qui te sont les plus proches. (214)


Allah “سبحان الله و تعالى“ lui ordonne de prêcher en commençant par les plus proche : ses oncles, ses cousins, ses arrières oncles etc…
C’est-à-dire les grandes familles qui sont liées par un lien de parenté avec la famille ‘Abd Al Muttalib. Sa famille a lui qui sont : la famille « Banu Hâchim,  Banu Al-Muttalib, Banu Mawfal, Banu ‘Abdi Shams » ce sont tous les enfants de Banu ‘Abdi Al Manaf qui est l’arrière, arrière, arrière-grand-père du Prophète صلى الله عليه و سلم .
Allah “سبحان الله و تعالى“ lui aussi a révélé un autre verset de sourate Ash Shu’araa :


وَٱخْفِضْ جَنَاحَكَ لِمَنِ ٱتَّبَعَكَ مِنَ ٱلْمُؤْمِنِينَ

Et abaisse ton aile [sois bienveillant] pour les croyants qui te suivent. (215)


Sois modeste avec ceux qui ton suivi parmi les croyants. Et s’ils te désobéissent dit-leur :

فَإِنْ عَصَوْكَ فَقُلْ إِنِّى بَرِىٓءٌۭ مِّمَّا تَعْمَلُونَ

Mais s'ils te désobéissent, dis-leur: "Moi, je désavoue ce que vous faites".

Allah “سبحان الله و تعالى“ lui révèle de plus en plus les versets où IL lui ordonne de faire da’wa directement, de ne pas hésiter.
Et le Prophète صلى الله عليه و سلم  rassemble sa famille.
Quand le Prophète صلى الله عليه و سلم  a eu un autre ordre de prêcher les plus proches, selon l’auteur de ce livre, il précise qu’il les a regroupés de nouveau.
Il leur a dit : « Je ne peux pas mentir à mes proches. Il a commencé à jurer « Wal Allahi ».
Il leur a dit, tout en jurant Au Nom d’Allah : « que si je mens aux autres, je ne peux pas mentir avec vous. » En voulant dire : vous êtes proche de moi, je ne peux pas vous faire ça.
« Et si je peux trahir les autres, je ne peux pas vous trahir vous. »
Il jure au Nom d’Allah : « Wal Allahi », je suis l’envoyé d’Allah à vous précisément et aux gens en général.
Et à chaque fois qu’il leur donne un détail, il jure au Nom d’Allah.
Il leur a dit : « Wal Allahi, vous allez mourir comme vous dormez. »
C’est-à-dire comme le sommeil, c’est un peu la moitié de la mort. C’est une façon de mourir car on perd tout quand on dort.
Il leur a dit : « Comme vous dormez, vous  allez mourir ! Et vous allez être ressuscité comme vous vous réveillez ! »
(Le Prophète صلى الله عليه و سلم  le compare le sommeil à la mort et le réveil à la résurrection).
« Et vous allez être jugé de ce que vous faites. Vous serez récompensé pour le bien par le bien et pour le mal par le mal. »
Certes, il leur dit : « C’est un Paradis pour l’éternité ou un Enfer pour l’éternité. »
(L’Enfer pour l’éternité c’est pour le mouchrik, kafir, pas pour le croyant désobéissant.)
Les gens qui étaient autour du Prophète صلى الله عليه و سلم  lui ont parlé doucement, ils étaient doux dans leur parole.
Sauf son oncle Abu Lahab, il était un ennemi à lui, en lui répondant.
Et après, il a dit aux autres : « Attrapez-le par la main ! Il faut l’attacher, l’arrêter ! »
Il leur a dit : « Venez attrapez-le ! »
Parce que, les personnes qui étaient présentes ce n’était pas que Quraich entièrement. C’était les familles qui avaient un lien de parenté fort avec le Prophète صلى الله عليه و سلم .
Abu Lahab dit : « Il faut l’attraper ! Il faut l’arrêter ! Avant que tous les arabes ne se regroupent contre lui. Si vous le relâchez, vous le laissez aux arabes, vous serez humiliés.» Car pour eux c’est un déshonneur de laisser quelqu’un approcher un membre de leur famille lui faire du mal.
« Et si vous essayez de le défendre dans le cas où tous les arabes se retournent contre vous, vous serez tués. »
Abu Talib son oncle (celui qui l’a pris en charge après la mort de son grand-père) a dit à Abu Lahab : « Wal Allahi ! On va le défendre tant qu’on est vivant. »
Et après, tout le monde c’est éparpiller. A partir de là, le Prophète صلى الله عليه و سلم  ne s’est pas arrêté, il faisait da’wa de plus en plus en public. Il ne se cachait pas comme avant.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم  une fois qu’il a eu cet ordre, la 1ère fois il les a regroupés vers « Safa ». Il a aussi regroupé les gens les plus proches de sa famille. Puis il continue à prêcher à haute voix. Là Quraich n’allait pas se taire. Quraich a commencé à se moquer de lui, à le prendre à la légère en public. Et quand il allait les rencontrer dans leurs assemblés, il se moquait de lui.
Quand il passait, il lui disait : « Le fils de Abi kebcha ! »
Il lui disait le fils de Abi kebcha parce que c’était le mari de Halima qui a allaité le Prophète صلى الله عليه و سلم . Abi kebcha est considéré comme son père de lait. Pour se moquer de lui il disait : « Le fils de Abi kebcha ! ».
« Ah ! Le fils de Abi kebcha, prétend qu’on lui parle du ciel ! » C’est-à-dire qu’Allah lui parle, qu’il reçoit la révélation.
« Ah ! Le fils de ‘Abd Al Muttalib, il prétend qu’il reçoit la révélation. »
Quraich ne s’est pas gêner de se moquer de lui.
Au début ça s’est arrêté juste à des moqueries. Mais quand le Prophète صلى الله عليه و سلم  a commencé à montrer, à critiquer leurs statuts et à dire que ceux qui les ont adoré non pas de raison.
Là eux ils ont considéré ça.
Et il leur disait : « Vous êtes en train de contredire, de faire le contraire de ce qu’il y a dans la religion d’Ibrahim 'alayi salam : votre père. »
Là, Quraich n’a pas accepté. Elle n’a pas accepté cette attitude. Elle n’a pas accepté la réaction du Prophète صلى الله عليه و سلم . Le fait de défendre leur racines qui sont leur parents et par amour à leur « Aaliha » qui sont les statues adorées.
Ils n’ont pas supporté ceci, ils sont partis voir son oncle Abu Talib.
Pourquoi précisément Abu Talib ? Abu Talib parce que non seulement, c’est son oncle qui l’a pris en charge. Et en même temps, c’est lui qui s’est engagé à le protéger, à le défendre.
Donc ils ont été le voir et lui ont dit : « Regarde ce que fait ton neveu, il se moque de nos parents. Ou tu l’arrêtes, qu’il arrête de parler de nos parents, nos ancêtres. Ou tu nous laisse nous occuper de lui. C’est-à-dire : tu ne te mets pas en barrière entre nous. Tu ne nous empêche de faire quoique ce soit, tu nous laisse entre nous et lui »
Abu Talib, il leur a répondu calmement, il leur a donné une bonne réponse. C’est-à-dire, il a été gentil avec eux.
Quraich au début s’est arrêtée juste à la moitié. Quand le Prophète صلى الله عليه و سلم a commencé à leur dire que « ce n’est pas bien ce que vous faite. Vous tournez le dos à la religion d’Ibrahim 'alayi salam « ; ils ont prétendu qu’ils étaient en train de suivre leur parents.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم, leur a rappelé, il a insisté à les prêcher. Et leur faire comprendre qu’il ne fallait pas quitter la religion d’Ibrahim 'alayi salam.
Là, ils sont revenus voir Abu Talib. Abu Talib la 1ère fois leur a bien répondu correctement, gentiment.
Quand ils sont partis, le Prophète صلى الله عليه و سلم a continué à faire ce qu’il faisait. Rien ne pouvait l’empêcher. Il conseillait, le nombre de musulmans augmentait de jour en jour. Le Prophète صلى الله عليه و سلم faisait de plus en plus da’wa.
La haine de Quraich a augmenté, la rancune a augmenté contre le Prophète صلى الله عليه و سلم.
Les moushrikine s’encourageaient entre eux. Ils se soutenaient entre eux pour affronter le Prophète صلى الله عليه و سلم. Ils sont allés voir de nouveau Abu Talib, une 2ème fois.
Ils lui ont dit : « Tu as un âge, tu as un niveau dans notre société, dans notre tribu (Quraich). » En voulant dire que nous on te respecte pour ça.
« On t’a demandé d’interdire ton neveu de faire ce qu’il fait mais tu ne l’as pas fait. Et maintenant, nous Wal Allahi on ne patiente pas avec ce qu’il fait. Il se moque de nos parents, il insulte nos parents. »
Pourquoi ont-ils dit ceci ? Alors que l’on sait très bien que le Prophète صلى الله عليه و سلم n’est pas quelqu’un qui insulte, qui fait du mal autres ni avec la langue ni avec la main.
Tout simplement, parce que Quraich quand le Prophète صلى الله عليه و سلم les prêchait au Tawhid ; ils disaient, leur seule réponse : « On est en train de suivre nos parents. On en train de suivre les pas de nos ancêtres. ».
Pour cacher leur shirk, pour eux ils ne sont pas en train de faire du mal. Ils sont justes entrain de suivre leurs ancêtres.
Là, Allah “سبحان الله و تعالى“  leur a révélé d’autres versets.
- Sourate Al Baqara – Verset 170 :


وَإِذَا قِيلَ لَهُمُ ٱتَّبِعُوا۟ مَآ أَنزَلَ ٱللَّهُ قَالُوا۟ بَلْ نَتَّبِعُ مَآ أَلْفَيْنَا عَلَيْهِ ءَابَآءَنَآ ۗ أَوَلَوْ كَانَ ءَابَآؤُهُمْ لَا يَعْقِلُونَ شَيْـًۭٔا وَلَا يَهْتَدُونَ

Et quand on leur dit: "Suivez ce qu'Allah a fait descendre", ils disent: "Non, mais nous suivrons les coutumes de nos ancêtres." - Quoi! Et si leurs ancêtres n'avaient rien raisonné et s'ils n'avaient pas été dans la bonne direction? (170)


Allah “سبحان الله و تعالى“  dit leur : « Si vos parents n’ont pas de raison, ne sont pas guidés vous les suivez quand même ? »
En vérité ce n’est pas le Prophète صلى الله عليه و سلم qui leur a dit ça. C’est Allah “سبحان الله و تعالى“ qui leur a rappelé que leur parents n’ont pas de raison, ne sont pas sages. Ce ne sont pas des gens guidé, ce ne sont des gens qui étaient dans le droit chemin.
- Sourate Al Maaida – Verset 104 :


ۚ أَوَلَوْ كَانَ ءَابَآؤُهُمْ لَا يَعْلَمُونَ شَيْـًۭٔا وَلَا يَهْتَدُونَ …..

….. Quoi! Même si leurs ancêtres ne savaient rien et n'étaient pas sur le bon chemin...? (104)


Ils suivent leurs parents même si leurs parents n’avaient aucune science et ils n’étaient pas guidés.
Allah “سبحان الله و تعالى“ a révélé plusieurs versets qui montrent que leurs parents n’étaient pas dans le droit chemin. Ils étaient dans l’erreur, dans le faux, dans le shirk.
Ce genre de révélation a gêné Quraich. Pour eux, ils ont considéré que le Prophète صلى الله عليه و سلم se moquait, insultait leurs parents.
Alors que le Prophète صلى الله عليه و سلم leur a juste transmit les versets qu’Allah “سبحان الله و تعالى“ lui a révélé.
Ils ont considéré ces révélations comme insulte, moquerie à leurs parents, prendre leurs parents à la légère. A l’époque, ils donnaient beaucoup de valeur à leurs ancêtres.
Là, ils sont revenus voir Abu Talib pour la dernière fois.
Ils lui ont dit : « Soit tu arrêtes ton neveu ou on te met de côté » C’est-à-dire nous dans un coin et vous on vous met à l’écart. « Et on verra qui sera perdant ».
Quraich a commencé par menacer Abu Talib et ils sont partis.
Abu Talib quand il a vu que Quraich allait le mettre à l’écart avec son neveu, il a trouvé cela difficile. C’était dur pour lui de quitter sa tribus, de quitter Quraich, il avait une très bonne relation avec eux.
Il n’a pas supporté aussi, ce n’était pas facile non plus pour lui d’abandonner son neveu Mohammed   صلى الله عليه و سلم.
Il a parlé avec le Prophète صلى الله عليه و سلم et il lui a dit : « Quraich est venu me voir. Ce que je te demande, c’est de te préserver (c’est-à-dire : de ne pas les laisser te faire du mal). Et ne me pousse pas à supporter ce que je ne peux pas (en voulant dire que le fait de te défendre jusqu’au bout dans ce que tu dis, je suis en train de me faire du mal à moi-même.) »
Le Prophète صلى الله عليه و سلم a cru que son oncle allait l’abandonner, le laisser à Quraich. Qu’il allait arrêter de le défendre.
Il a répondu à son oncle : « Wal Allahi yè 3am (mon oncle), le soleil à ma droite et la pleine lune à ma gauche pour laisser ce dine, je ne le ferais pas. Jamais je ne le ferais même s’ils font ça. Jusqu’à ce qu’Allah donne victoire à cette religion ou je mourrais dans cet état (c’est-à-dire même si je dois mourir pour ça je le ferais) ».  
Abu Talib quand il a vu son neveu attaché à cette religion, il a compris que c’était impossible. Qu’il n’allait pas abandonner. Et c’est là où, il a compris qu’il fallait qu’il continu à le défendre.
Il lui a dit : « Vas-y continu dis ce que tu veux. Prêches comme tu veux. Jamais je ne t’abandonnerais à Quraich »
Abu Talib est prêt à défendre le Prophète صلى الله عليه و سلم. Malgré qu’il n’est pas rentré dans l’Islam, il est prêt à défendre le Prophète صلى الله عليه و سلم jusqu’au bout.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم était décidé à continuer malgré ce qui se passe. Et pareil Abu Talib a décidé d’aller avec lui jusqu’au bout.
Quel sera maintenant la réaction de Quraich ?
Eux croyaient, s’attendaient qu’Abu Talib allait mettre une barrière au Prophète صلى الله عليه و سلم.
Alors qu’une fois qu’il a entendu son neveu parler, il a compris qu’il n’y avait pas moyens de l’arrêter. Il lui a promis de le défendre.
Là, Quraich entre dans une nouvelle étape. Et va utiliser d’autres méthodes complètement différentes.


A partir de là Quraich commence à faire du mal au Prophète صلى الله عليه و سلم.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم a décidé de ne pas abandonner. Et Quraich fait de plus en plus de mal au Prophète صلى الله عليه و سلم. Ce ne sont plus les moqueries du début.
Il a beaucoup subit avec Quraich et surtout quand le Prophète صلى الله عليه و سلم allait faire as salat vers Ka’ba. Il y avait un groupe de personnes qui était très méchant avec le Prophète صلى الله عليه و سلم, ils lui faisaient beaucoup de mal. Au point qu’on les appelait « al moustèziinin » les moqueurs.
Le 1er parmi ce groupe, c’est Abu Jahl. Il combattait beaucoup  le Prophète صلى الله عليه و سلم, rien ne l’empêchait, rien n’a diminué un peu de son « adah ».
L’auteur cite un petit exemple de ce que faisait Abu Jahl au Prophète صلى الله عليه و سلم :
Un jour, Abu Jahl a dit à Quraich : « Vous avez vu quel niveau a atteint Mohammed dans ce qu’il fait. Il se moque de notre religion, il insulte nos statues adorées (pour eux ce sont des « Aaliyah »). Et il se moque de nos parents de nos ancêtres.
Je vous promets que je vais m’asseoir demain. Je vais ramener avec moi une grosse pierre, lourde à porter. Et dès qu’il se prosterne devant vous vers la Ka’ba, je vais lui écrasé la tête avec. Une fois que je le fais, si vous voulez m’abandonner et laisser sa famille me tuer faites-le. Ou si vous voulez me défendre, vous n’avez qu’à faire ce que vous voulez.
Et qu’il fasse de moi ce qu’il veule la famille de Banu ‘Abd Al Manaf (la famille du Prophète صلى الله عليه و سلم). »
C’est ce qu’il a fait réellement Abu Jahl le lendemain matin. Il a pris une grosse pierre comme il l’a décrit. Il s’est assis vers la Ka’ba pour attendre le Prophète صلى الله عليه و سلم.
Et voilà le Prophète صلى الله عليه و سلم qui se dirige comme d’habitude vers la Ka’ba pour faire sa salat.
Quraich avait comme habitude de s’asseoir vers la Ka’ba, ils faisaient des petites réunions / des assemblées. Ils s’asseyaient par groupe, dans chaque groupe il y avait une grande personnalité de Quraich.
Ils attendaient et regardaient Abu Jahl avec la pierre. Le Prophète صلى الله عليه و سلم était en train de faire sa prière.
Voilà Abu Jahl qui ne se gêne pas, prend cette grosse pierre et se dirige vers le Prophète صلى الله عليه و سلم. Dès qu’il s’est approché de lui, il est revenu vers Quraich, vers les gens avec un visage pâle. Il revenu avec visage pâle de peur. Et il a balancé par terre la pierre qu’il avait dans les mains.
Quand Quraich ont vu Abu Jahl revenir avec un visage pâle et il a jeté sa pierre, des gens se sont levé et lui ont dit : « Qu’est-ce qui t’arrive Abu Al Hakam (Abu Al Hakam c’est sa kouniya) »
Et leur dit : « Je me suis levé pour faire ce que je vous ai promis, ce que j’ai dit pour Mohammed. Quand je me suis rapproché de lui, j’ai vu un chameau (bien sûr pas un petit chameau) que je n’ai jamais vu de pareil et il a failli me manger.
(Un chameau quand il pique sa crise, il peut arracher le bras d’un être humain, mordre).
Qu’est-ce que c’est ce chameau ?
Quand ils ont cité ceci, le Prophète صلى الله عليه و سلم leur dit c’était Djibril. S’il s’était approché de moi Djibril l’aurait pris.
Ils ont fait du mal au Prophète صلى الله عليه و سلم, ils ont tout fait pour lui faire du mal. Cependant  Allah “سبحان الله و تعالى“ l’a préservé avec les Anges.
C’était Djibril qui était présent, il avait l’apparence d’un chameau. Il ne faut pas croire que Djibril à l’image d’un chameau. C’est que les Anges peuvent avoir certaines apparences. Ils ne voient pas les Anges avec leur vraie image mais ils peuvent prendre une autre apparence.
Abu Jahl continuait à faire du mal au Prophète صلى الله عليه و سلم. Et souvent Abu Jahl venait pour interdire le Prophète صلى الله عليه و سلم de faire sa prière vers Ka’ba “Al Bayt Al Haram “.
Au point qu’un jour il lui a dit : « Je ne t’avais pas interdit de faire ce que tu fais ici ? «
Il ne lui disait pas la prière. Il lui disait : « On ne t’a pas interdit de souiller ton front devant nous comme ça ».
Pour eux se protéger c’est toucher le cœur, ça veut dire que tu souilles ton front.
Ce jour-là, le Prophète صلى الله عليه و سلم a répondu sévèrement à Abu Jahl et il l’a menacé.
Abu Jahl orgueilleux comme il était, il lui a dit : « Tu me menace ? Alors que je suis celui qui a le plus de proches par rapport à tous ceux de Quraich ! »
Abu Jahl avait une grande famille, des amis, des gens qui le soutenaient, des esclaves, des enfants …. Pour lui, il était bien entouré, il a donc répondu ainsi :
« Comment tu oses me menacer alors que je suis celui qui est le plus entouré ! J’ai plus de personnes pour me défendre que qui ce soit ! (parmi les gens de Mecca)»
Et c’est là  qu’Allah “سبحان الله و تعالى“ a révélé la fin de la sourate Al Alaq, du 15 verset à 19 :


كَلَّا لَئِن لَّمْ يَنتَهِ لَنَسْفَعًۢا بِٱلنَّاصِيَةِ
نَاصِيَةٍۢ كَـٰذِبَةٍ خَاطِئَةٍۢ
فَلْيَدْعُ نَادِيَهُۥ
سَنَدْعُ ٱلزَّبَانِيَةَ
۩كَلَّا لَا تُطِعْهُ وَٱسْجُدْ وَٱقْتَرِب  

Mais non! S'il ne cesse pas, Nous le saisirons certes, par le toupet, (15)
le toupet d'un menteur, d'un pécheur. (16)
Qu'il appelle donc son assemblée. (17)
Nous appellerons les gardiens (de l'Enfer). (18)
Non! Ne lui obéis pas; mais prosterne-toi et rapproche-toi (19)


فَلْيَدْعُ نَادِيَهُۥ
« نَادِيَهُ» : ce sont ses proches (tout son entourage).

سَنَدْعُ ٱلزَّبَانِيَةَ
Lui il appelle ses proches, nous on appelle « ٱلزَّبَانِيَةَ » : ce sont les Anges de l’Enfer.

۩كَلَّا لَا تُطِعْهُ وَٱسْجُدْ وَٱقْتَرِب
Allah “سبحان الله و تعالى“ lui dit : « Non! Ne lui obéis pas; mais prosternes-toi et rapproches-toi  d’Allah»
Ce sont des exemples de ce qu’éprouvait Abu Jahl envers le Prophète صلى الله عليه و سلم.
Parmi ce qu’a fait Abu Jahl au Prophète صلى الله عليه و سلم :
C’est qu’un jour, les Sahabas étaient avec le Prophète صلى الله عليه و سلم dans la mosquée d’Al Haram. Le Prophète صلى الله عليه و سلم faisait la prière, les Sahabas non.
Abu Jahl leur a dit : « Y a pas un homme parmi vous (il parle à Quraich) qui ramène les restes d’une chamelle qui a été égorgé ? (C’était une famille qui a égorgé une chamelle : le placenta, tous ce qui de la saleté). Qu’il le balance sur le dos de Mohammed pendant sa prosternation.
Qui s’est levé ? C’est un homme qui s’appelle ‘Uqba ibn Abi Mu’ayt, il a osé le faire.
Il a été cherché de la saleté, il l’a mis sur le dos du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Le Prophète صلى الله عليه و سلم était en train de se prosterner. Les musulmans n’étaient pas loin, ils étaient à côté du Prophète صلى الله عليه و سلم. Mais parmi les musulmans il y avait beaucoup d’esclaves, c’était  les premiers musulmans : Billel Ibnu Mas’ud, 'Ammâr Ibn Yâser… Ils ne pouvaient pas défendre le Prophète صلى الله عليه و سلم car ils sont très faibles. Et Quraich avaient tous les moyens pour leur faire du mal. Le Prophète صلى الله عليه و سلم est resté longtemps prosterné, jusqu’au moment où des gens ont été le dire à Fatima sa fille. Fatima est venu en courant, elle a pris la saleté, elle l’a jeté. Elle l’a enlevé du dos du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Quand le Prophète صلى الله عليه و سلم s’est levé de sa prosternation, il a fait des dou’as contre ces gens-là. Alors que d’habitude le Prophète صلى الله عليه و سلم ne fait pas de dou’a mais ce jour-là, il a fait des dou’as contre les personne qui on fait ça.
Il a commencé à faire des dou’as contre eux, d’ailleurs ce jours-là, ils ont pris peur.
Ibnu Mas’ud dit : « Toutes ces personnes qui ont été cité dans sa dou’a (la dou’a du Prophète صلى الله عليه و سلم), je les ai vu le jour de Badr tués (ils ont été tué à la bataille de Badr). »

Cette histoire elle est citée dans Sira d’Ibnu Ishaq et Addalail d’Abou Na’im.
Ce qui est arrivé aussi au Prophète صلى الله عليه و سلم avec Abu Jahl :
Un jour, un homme qui s’appelle Al Harachi, il avait vendu des chameaux à Abu Jahl.
Et Abu Jahl malhonnête comme il était, il n’a pas voulu le payer. Il a beaucoup trainé pour le payer. Mais ce jour, cet homme Al Harachi  a été voir l’assemblé de Quraich dans la Ka’ba pour demander de l’aide, pour parler à Abu Jahl qui le paie.
Comme Quraich savait très bien que le Prophète صلى الله عليه و سلم ne s’entendait pas du tout avec Abu Jahl. Et qu’Abu Jahl faisait beaucoup de mal au Prophète صلى الله عليه و سلم. Ils lui ont dit pour se moquer du Prophète صلى الله عليه و سلم : « Va voir untel, il peut intercéder pour toi. C’est lui qui peut parler à Abu Jahl. C’est lui qui est capable d’aller lui parler pour qu’il te rende ton argent (C’était qui ? C’était le Prophète صلى الله عليه و سلم). »
Pourquoi ils ont fait cela ? Ils savaient très bien qu’Abu Jahl était très méchant avec le Prophète صلى الله عليه و سلم et qu’il allait lui faire quoique ce soit.
Quand cet homme est allé vers le Prophète صلى الله عليه و سلم, il lui raconte l’histoire : « Voilà ce qu’Abu Jahl m’a fait, il m’a fait tel et tel chose. Et il ne veut pas me payer. »
Le Prophète صلى الله عليه و سلم est parti avec lui chez Abu Jahl.
Qui a un courage pareil ! Malgré que le Prophète صلى الله عليه و سلم savait très bien qu’il s’entend mal avec Abu Jahl. Malgré cela, il n’a pas laissé cet homme, il est parti à ses côtés.
Il a frappé fort sur la porte d’Abu Jahl. Et là Abu Jahl est sorti avec un visage pâle, jaune.
Et le Prophète صلى الله عليه و سلم a dit à Abu Jahl : « Donne lui son argent ! Rend-lui son dû ! »
Abu Jahl lui dit : « Ne pars pas, attend ici je vais te le donné tout de suite. »
Tout de suite, il est rentré, il a ramené l’argent cet homme. Il lui a rendu. Quraich étaient choqué de la réaction d’Abu Jahl. Pourtant Abu Jahl se moquait du Prophète صلى الله عليه و سلم et lui faisait du mal. Et là, il l’écoute juste avec une simple phrase.
‘Abdl Al Hakam lui dit : « On n’a jamais vu une réaction de ta pars comme celle d’aujourd’hui »
Abu Jahl : « Wal Allahi ! Dès qu’il a frappé à ma porte, j’ai entendu une voix de terreur. J’ai eu très peur ! » Et il leur a dit : « Et sur la tête (Je crois qu’il a précisé que sur la tête du Prophète صلى الله عليه و سلم il y avait un chameau), il y avait un chameau que je n’ai jamais vu. »
(Tous cela c’est Allah “سبحان الله و تعالى“ qui a fait ça pour soutenir le Prophète صلى الله عليه و سلم pour lui donner la victoire contre les autres).
Parmi les personnes qui se moquaient du Prophète صلى الله عليه و سلم, du groupe des moqueurs : Abu Lahab (on a déjà parlé de Abu Lahab dans tafsir) ; ‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt.
‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt est le deuxième voisin du Prophète صلى الله عليه و سلم.
(On a dit que son voisin est Abu Lahab son oncle et son deuxième voisin est ‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt).
Il était aussi méchant avec le Prophète صلى الله عليه و سلم qu’Abu Lahb.
Les arabes avaient comme qualité de respecter le voisin. Un jour, ‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt avait une « walima », il avait invité les grandes personnalités de Quraich. Et parmi eux le Prophète صلى الله عليه و سلم c’est son voisin, il l’a invité.
Quand il l’a invité, le Prophète صلى الله عليه و سلم, il lui a dit : « Je ne mange pas ta nourriture jusqu’à ce que tu fasses Ach Chahada : “ أَنَّ مُحَمَّداً رَسُولُ الله أشْهَدُ  أشْهَدُ أَنْ لا إِلهَ إِلاّ الله وَ“ ».  
Quraich a entendu cette histoire. Oubay ibnu Khalaf était un ami proche de ‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt, il est venu le voir et lui a dit : « C’est quoi ce que j’ai entendu sur toi ? C’est vrai que tu as dit “ لا إِلهَ إِلاّ الله “ ? »
Il lui a dit : « Un homme de valeur est entré chez moi (en parlant du  Prophète صلى الله عليه و سلم). Et il a refusé de mangé jusqu’à ce que je dise “ لا إِلهَ إِلاّ الله “ (Ach Chahada). Je me suis senti gêné de lui refuser. J’ai répété la Chahada parce que j’avais peur qu’il sorte de chez moi sans manger. J’ai fait ce qu’il m’a dit. »
Oubay ibnu khalaf lui dis : « Tu as dit une parole avec toi je vais couper la relation jusqu’à ce que tu rencontres Mohammed. Tant que tu n’as pas rencontré Mohammed, tu ne lui as pas écrasé le cou, tu ne lui as pas craché sur le visage et tu ne lui as pas donné une gifle sur les yeux. »
‘Uqba ibnu Abi Mu’ayt (le voisin du Prophète صلى الله عليه و سلم) dès qu’il a vu le Prophète صلى الله عليه و سلم, il lui a fait ce que lui a dit Oubay ibnu khalaf. Il l’a giflé, il lui a craché sur le visage.
Allah “سبحان الله و تعالى“ après cela, il a révélé le verset 27 à 29 de sourate Al Fourqan :


وَيَوْمَ يَعَضُّ ٱلظَّالِمُ عَلَىٰ يَدَيْهِ يَقُولُ يَـٰلَيْتَنِى ٱتَّخَذْتُ مَعَ ٱلرَّسُولِ سَبِيلًۭا
يَـٰوَيْلَتَىٰ لَيْتَنِى لَمْ أَتَّخِذْ فُلَانًا خَلِيلًۭا
لَّقَدْ أَضَلَّنِى عَنِ ٱلذِّكْرِ بَعْدَ إِذْ جَآءَنِى ۗ وَكَانَ ٱلشَّيْطَـٰنُ لِلْإِنسَـٰنِ خَذُولًۭا

Le jour où l'injuste se mordra les deux mains et dira: "[Hélas pour moi!] Si seulement j'avais suivi chemin avec le Messager!... (27)
Malheur à moi! Hélas! Si seulement je n'avais pas pris "un tel" pour ami!... (28)
Il m'a, en effet, égaré loin du rappel [le Coran], après qu'il me soit parvenu". Et le Diable déserte l'homme (après l'avoir tenté). (29)


… وَيَوْمَ يَعَضُّ ٱلظَّالِمُ عَلَىٰ يَدَيْهِ : c’est-à-dire  ‘Uqba ibnu Mu’ayt a giflé le Prophète صلى الله عليه و سلم.
(Regardez Sobhana Allah, à quel point ils ont été. Ils étaient cruels avec le Prophète صلى الله عليه و سلم).

وَيَوْمَ يَعَضُّ ٱلظَّالِمُ عَلَىٰ يَدَيْهِ يَقُولُ يَـٰلَيْتَنِى ٱتَّخَذْتُ مَعَ ٱلرَّسُولِ سَبِيلًۭا
Le jour, où l’injuste se mord les mains en disant : « Oh si j’avais su ! Si j’avais suivi le chemin de rassul !»

يَـٰوَيْلَتَىٰ لَيْتَنِى لَمْ أَتَّخِذْ فُلَانًا خَلِيلًۭا
Gard à moi ! Malheur à moi ! Je n’aurais pas dû prendre un tel (en parlant d’Oubay ibnu Khalaf) comme ami intime.

لَّقَدْ أَضَلَّنِى عَنِ ٱلذِّكْرِ بَعْدَ إِذْ جَآءَنِى ۗ وَكَانَ ٱلشَّيْطَـٰنُ لِلْإِنسَـٰنِ خَذُولًۭا
Il m’a égaré du dhikr. Il m’a égaré du droit chemin après l’avoir eu. C’est-à-dire : j’ai vu le dhikr, j’ai vu le droit chemin. Quand le Prophète صلى الله عليه و سلم lui a dit de dire “ لا إِلهَ إِلاّ الله “, il l’a dit. Et c’est lui qui l’a égaré (Oubay ibnu Khalaf).

C’est versets concerne ‘Uqba ibnu Mu’ayt qui a giflé le Prophète صلى الله عليه و سلم et qui lui a craché sur le visage.

Ce qu’il lui a fait aussi ‘Uqba ibnu Mu’ayt au Prophète صلى الله عليه و سلم, c’est qu’un jour (cette histoire est rapporté par Al Bukhârî rahimuLLAH dans son sahih) :
Un jour, il était entrain de faire la prière vers la Ka’ba et ‘Uqba ibnu Mu’ayt arrive. Il prend un vêtement à lui, il le met autour du cou du Prophète صلى الله عليه و سلم et il l’a étranglé avec. Il l’a serré fort. Al hamdouLLILLAH, Abu Bakr qui était par-là, il a couru. Il l’a attrapé par les épaules et il l’a poussé du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Et il lui a dit : « Tu es un homme qui nous dis mon Rabb c’est Allah “سبحان الله و تعالى“, alors qu’il vous a ramené des versets clairs ! »
Ce sont seulement certains exemples de traitements de ‘Uqba ibnu Mu’ayt, le 3ème moqueur envers le Prophète صلى الله عليه و سلم.

Parmi le groupe des moqueurs un homme qui s’appel : Al ‘As ibnu Wa’il.
Al ‘As ibnu Wa’il : c’est le père de ‘Amr ibnu Al ‘As, il ne fait pas parti des plus connu dans l’Islam. Mais on va voir In sha Allah, après hijra du Prophète صلى الله عليه و سلم il est rentré dans l’Islam.
Al ‘As ibnu Wa’il était ennemi avec le Prophète صلى الله عليه و سلم et il était cruel avec lui. Il se moquait de lui en disant : « Mohammed et ses compagnons, ils sont très naïf. Ils croivent qu’ils vont être ressuscité après la mort. »  
Des gens prenaient le Prophète صلى الله عليه و سلم et les compagnons pour des bêtes. Ils leur disaient : « Si on décède, c’est ça la vie, la nature. Il n’y a pas de vie après la mort. »
C’est pour cela qu’Allah “سبحان الله و تعالى“  a révélé le verset 24 de la sourate Al Jaathiya :


وَقَالُوا۟ مَا هِىَ إِلَّا حَيَاتُنَا ٱلدُّنْيَا نَمُوتُ وَنَحْيَا وَمَا يُهْلِكُنَآ إِلَّا ٱلدَّهْرُ ۚ وَمَا لَهُم بِذَ ٰلِكَ مِنْ عِلْمٍ ۖ إِنْ هُمْ إِلَّا يَظُنُّونَ

Et ils dirent: "Il n'y a pour nous que la vie d'ici-bas: nous mourons et nous vivons et seul le temps nous fait périr". Ils n'ont de cela aucune connaissance: ils ne font qu'émettre des conjectures. (24)


Ils n’ont aucune connaissance pour dire que « C’est ça la vie, on va mourir mais il n’y a pas de vie après la mort.» Pour eux c’était comme ça, ils ne croyaient pas à bil yawm akhir.
Al ‘As ibnu Wa’il avait une dette avec Khabbâb ibn Al Aratt.
Khabbâb ibn Al Aratt faisait partie des premiers qui sont rentré dans l’Islam. Il était musulman et avait des dettes avec Al ‘As ibnu Wa’il. Un jour, il a été les demandé son argent.
Al ‘As ibnu Wa’il lui dit : « Ah c’est toi ! Mohammed prétend que vous serez ressuscité. Toi tu suis le dine de Mohammed ? N’est-ce pas ? »
Il lui dit : « Oui »
Al ‘As ibnu Wa’il lui dit : « Mohammed prétend qu’il y a une vie après la mort. Qu’il va y avoir un Paradis. Et que les gens du Paradis vont avoir de l’or, de l’argent, des vêtements et des esclaves. »
Khabbâb ibn Al Aratt lui dit : « Certes oui » Parce qu’il est musulman et il croit en ça.
Al ‘As ibnu Wa’il lui dit : « Patiente avec moi, attend moi. Ce jour-là, quand j’aurais l’argent et les enfants, je te payerai tes dettes. »
C’est là qu’Allah “سبحان الله و تعالى“  a révélé le verset 77 à 80 de la sourate Maryam :


أَفَرَءَيْتَ ٱلَّذِى كَفَرَ بِـَٔايَـٰتِنَا وَقَالَ لَأُوتَيَنَّ مَالًۭا وَوَلَدًا
أَطَّلَعَ ٱلْغَيْبَ أَمِ ٱتَّخَذَ عِندَ ٱلرَّحْمَـٰنِ عَهْدًۭا
كَلَّا ۚ سَنَكْتُبُ مَا يَقُولُ وَنَمُدُّ لَهُۥ مِنَ ٱلْعَذَابِ مَدًّۭا
وَنَرِثُهُۥ مَا يَقُولُ وَيَأْتِينَا فَرْدًۭا

As-tu vu celui qui ne croit pas à Nos versets et dit: "On me donnera certes des biens et des enfants"? (77)
Est-il au courant de l'Inconnaissable ou a-t-il pris un engagement avec le Tout Miséricordieux? (78)
Bien au contraire! Nous enregistrerons ce qu'il dit et accroîtrons son châtiment. (79)
C'est Nous qui hériterons ce dont il parle, tandis qu'il viendra à Nous, tout seul. (80)


أَفَرَءَيْتَ ٱلَّذِى كَفَرَ بِـَٔايَـٰتِنَا وَقَالَ لَأُوتَيَنَّ مَالًۭا وَوَلَدًا
N’as-tu pas celui qui est kafir de nos versets et qui dit « Je vais avoir de l’argent, des biens et des enfants ».

أَطَّلَعَ ٱلْغَيْبَ أَمِ ٱتَّخَذَ عِندَ ٱلرَّحْمَـٰنِ عَهْدًۭا
Est-il au courant de ce qu’il y a dans « ‘ilmou ghayr » ou a-t-il une promesse d’Allah pour avoir tout ça ?

كَلَّا ۚ سَنَكْتُبُ مَا يَقُولُ وَنَمُدُّ لَهُۥ مِنَ ٱلْعَذَابِ مَدًّۭا
Certes tout est noté et on va lui donner un châtiment large (c’est-à-dire un grand châtiment). Il va payer pour ce qu’il a dit.

وَنَرِثُهُۥ مَا يَقُولُ وَيَأْتِينَا فَرْدًۭا
Et il viendra tout seul. Ce jour-là, il n’aura ni enfant ni matériel.

Al ‘As ibnu Wa’il est le 4ème moqueur.

Parmi aussi les moqueurs aussi : Al Aswad ibn ‘Abdil Muttalib.
Al Aswad normalement il fait partie de la tribu Banu Zahra. La tribu de Banu Zahra c’est les oncles maternels du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Quand il voyait As Sahaba, il se moquait d’eux. Il leur a dit : « Ah les rois qui arrivent ! Les princes de la terre qui arrivent ! » C’est une moquerie de Sahaba. Pourquoi il se moquait d’eux ? Parce qu’ils menaient une vie difficile. Ils n’étaient pas habillés avec de beaux vêtements, de beaux tissus. Ils avaient des tenus rêches, ils menaient une vie dure.
Et quand il voyait le Prophète صلى الله عليه و سلم, il lui disait : « Et aujourd’hui, on ne t’a pas parlé du ciel ? » C’est-à-dire : le ciel ne t’as pas parlé ? : Tu n’as pas eu de révélation ? Ce n’était pas pour poser la question, c’était une moquerie pour se moquer du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Al Aswad ibn ‘Abdil Muttalib c’est le cousin paternel de Khadija (RadiAllahu 3anha). C’est le fils à son oncle paternel.
Lui et ses proches se moquaient des musulmans et ils faisaient (al ghamz) des grimaces.
Al ghamz c’est le fait de faire des grimaces qui est une façon de se comprendre avec des clins d’œil, avec des signes pour se moquer.
C’est sur lui que les versets 29 à 32 de sourate Al Mutaffifin qui ont été révélé :


إِنَّ ٱلَّذِينَ أَجْرَمُوا۟ كَانُوا۟ مِنَ ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ يَضْحَكُونَ
وَإِذَا مَرُّوا۟ بِهِمْ يَتَغَامَزُونَ
وَإِذَا ٱنقَلَبُوٓا۟ إِلَىٰٓ أَهْلِهِمُ ٱنقَلَبُوا۟ فَكِهِينَ
وَإِذَا رَأَوْهُمْ قَالُوٓا۟ إِنَّ هَـٰٓؤُلَآءِ لَضَآلُّونَ

Les criminels riaient de ceux qui croyaient, (29)
et, passant près d'eux, ils se faisaient des œillades, (30)
et, retournant dans leurs familles, ils retournaient en plaisantant, (31)
et les voyant, ils disaient: "Ce sont vraiment ceux-là les égarés". (32)



إِنَّ ٱلَّذِينَ أَجْرَمُوا۟ كَانُوا۟ مِنَ ٱلَّذِينَ ءَامَنُوا۟ يَضْحَكُونَ
وَإِذَا مَرُّوا۟ بِهِمْ يَتَغَامَزُونَ
Cela concerne Al Aswad ibn ‘Abdil Muttalib et aussi son clan.

Parmi les moqueurs on a : Al Walid ibnu Al Mughira.
Al Walid ibnu Al Mughira est l’oncle paternel d’Abi Jahl. Il fait partie des grandes personnalités de Quraich, il était bien aisé.
Un jour, il a entendu le Prophète صلى الله عليه و سلم lire le Qur’an. Il a dit à sa tribu, à sa famille Banu Makhzum : « Wal Allahi ! J’ai écouté de Mohammed tout à l’heure des paroles. Franchement ce ne sont pas des paroles d’êtres humains ni de djins. Ce sont des paroles qui ont un goût halawa.»
Et il a commencé à décrire le Qur’an. Il a décrit le Qr’an comme quoi rien ne peut dépasser ce Qur’an.
Quraich a pris peur. Ils lui ont dit : « saba ! Sayer ! » Le mot saba veut dire qu’il a échangé la religion de ses parents contre cette religion. En voulant dire qu’il a renié la religion de ses parents.
Quraich a dit : « Wal Allahi ! Si Al Walid ibnu Al Mughira suit Mohammed, tout Quraich va le suivre » C’est quelqu’un de noble.
Alors Abu Jahl qui est son neveu, il leur a dit : « Moi je vais m’occuper de lui ne vous inquiétez pas. »
Il a été le voir chez lui, il s’est assis mais triste. Et lui a dit des choses pour vraiment le remonter contre le Prophète صلى الله عليه و سلم.
Dans certains livres, ils précisent qu’Abu Jahl lui a dit : « Quraich commence à te faire une quête. »
Il lui a dit : « Pourquoi ? »
Abu Jahl lui a dit : « Ils ont entendu que tu allais suivre le Prophète صلى الله عليه و سلم pour qu’il te donne de ses biens, de son argents ».
Al Walid ibnu Al Mughira était quelqu’un de très fière et quand il a entendu cela pour lui c’est une insulte. Tout de suite il a attaqué le Prophète صلى الله عليه و سلم.
Al Walid ibnu Al Mughira a été voir Quraich. Il a commencé à leur parlé : « Vous prétendez que Mohammed est fou. Est-ce que vous l’avez vu faire des réactions de fou ? Vous dites que Mohammed est un voyant. Est-ce que vous l’avez vu un jour faire de la voyance ? Vous prétendez qu’il est poète. Mais est-ce qu’un jour vous l’avez entendu faire de la poésie ? Vous prétendez qu’il est un menteur. Est-ce qu’un jour vous avez testé qu’il a menti ? ».
Quand il a posé ces questions tout le monde a répondu par : « Non, on a jamais vu ça ».
Alors qu’est-ce qu’ils lui ont dit : « Et toi dis-nous comment on peut le décrire ? »
Il a réfléchit un petit peu et il leur a dit : « C’est un sorcier. Regardez comment il a divisé les gens. Il a séparé la femme de son mari, l’enfant de ses parents, l’esclave de ses maîtres »
En voulant dire avec cette religion, il divise les gens.
Tout l’assemblé de Quraich qui était assise et qui a entendu Al Walid ibnu Al Mughira dire cela, ils étaient très contents. Ils tremblaient de joie pourquoi ? Cela les a rassurés, ils avaient peur qu’Al Walid ibnu Al Mughira rentre dans l’Islam et que tout Quraich le suivent.
C’est là qu’Allah “سبحان الله و تعالى“  a révélé sourate Al Muddaththir le passage du verset 11 à 26 :



ذَرْنِى وَمَنْ خَلَقْتُ وَحِيدًۭا
وَجَعَلْتُ لَهُۥ مَالًۭا مَّمْدُودًۭا
وَبَنِينَ شُهُودًۭا
وَمَهَّدتُّ لَهُۥ تَمْهِيدًۭا
ثُمَّ يَطْمَعُ أَنْ أَزِيدَ
كَلَّآ ۖ إِنَّهُۥ كَانَ لِءَايَـٰتِنَا عَنِيدًۭا
سَأُرْهِقُهُۥ صَعُودًا
إِنَّهُۥ فَكَّرَ وَقَدَّرَ
فَقُتِلَ كَيْفَ قَدَّرَ
ثُمَّ قُتِلَ كَيْفَ قَدَّرَ
ثُمَّ نَظَرَ
ثُمَّ عَبَسَ وَبَسَرَ
ثُمَّ أَدْبَرَ وَٱسْتَكْبَرَ
فَقَالَ إِنْ هَـٰذَآ إِلَّا سِحْرٌۭ يُؤْثَرُ
إِنْ هَـٰذَآ إِلَّا قَوْلُ ٱلْبَشَرِ
سَأُصْلِيهِ سَقَرَ

Laisse-Moi avec celui que J'ai créé seul, (11)
et à qui J'ai donné des biens étendus, (12)
et des enfants qui lui tiennent toujours compagnie, (13)
pour qui aussi J'ai aplani toutes difficultés. (14)
Cependant, il convoite [de Moi] que Je lui donne davantage. (15)
Pas du tout! Car il reniait nos versets (le Coran) avec entêtement. (16)
Je vais le contraindre à gravir une pente. (17)
Il a réfléchi. Et il a décidé. (18)
Qu'il périsse! Comme il a décidé! (19)
Encore une fois, qu'il périsse; comme il a décidé! (20)
Ensuite, il a regardé. (21)
Et il s'est renfrogné et a durci son visage. (22)
Ensuite il a tourné le dos et s'est enflé d'orgueil. (23)
Puis il a dit: "Ceci (le Coran) n'est que magie apprise (24)
ce n'est là que la parole d'un humain". (25)
Je vais le brûler dans le Feu intense (Saqar). (26)


Allah “سبحان الله و تعالى“  a révélé sourate Al Qalam  du verset 11 à 16 :


وَلَا تُطِعْ كُلَّ حَلَّافٍۢ مَّهِينٍ
هَمَّازٍۢ مَّشَّآءٍۭ بِنَمِيمٍۢ
مَّنَّاعٍۢ لِّلْخَيْرِ مُعْتَدٍ أَثِيمٍ
عُتُلٍّۭ بَعْدَ ذَ ٰلِكَ زَنِيمٍ
أَن كَانَ ذَا مَالٍۢ وَبَنِينَ
إِذَا تُتْلَىٰ عَلَيْهِ ءَايَـٰتُنَا قَالَ أَسَـٰطِيرُ ٱلْأَوَّلِينَ
سَنَسِمُهُۥ عَلَى ٱلْخُرْطُومِ

Et n'obéis à aucun grand jureur, méprisable, (10)
grand diffamateur, grand colporteur de médisance, (11)
grand empêcheur du bien, transgresseur, grand pécheur, (12)
au cœur dur, et en plus de cela bâtard. (13)
Même s'il est doté de richesses et (de nombreux) enfants. (14)
Quand Nos versets lui sont récités, il dit: "Des contes d'anciens". (15)
Nous le marquerons sur le museau [nez]. (16)


C’est lui qu’Allah “سبحان الله و تعالى“  a décrit comme « زَنِيمٍ»
وَلَا تُطِعْ كُلَّ حَلَّافٍۢ مَّهِينٍ
Allah “سبحان الله و تعالى“  dit au Prophète صلى الله عليه و سلم : « N’obéit pas à celui qui fait que de jurer » (en parlant de Al Walid ibnu Al Mughira).
« مَّهِينٍ » c’est-à-dire « hakir » qui n’a pas de valeur.

هَمَّازٍۢ مَّشَّآءٍۭ بِنَمِيمٍۢ
« هَمَّازٍۢ » : c’est-à-dire moqueur.
« مَّشَّآءٍۭ بِنَمِيمٍۢ» : il propage le colportage.

مَّنَّاعٍۢ لِّلْخَيْرِ مُعْتَدٍ أَثِيمٍ
Il prive les gens du kheir. C’est un injuste.

عُتُلٍّۭ بَعْدَ ذَ ٰلِكَ زَنِيمٍ
« عُتُلٍّۭ » : il est dur, il n‘est pas gentil.
« بَعْدَ ذَ ٰلِكَ زَنِيمٍ» : ce verset-là, il a tué Al Walid ibnu Al Mughira.  Pourquoi ?  Al Walid ibnu Al Mughira est quelqu’un de noble, très fière, d’aisé. Mais il ne s’attendait pas à un détail précis qui est grave.
« زَنِيمٍ» (أعوذ بالله) ça veut dire que c’est un enfant de  zina. Il n’appartient pas à la famille, au père qui lui a donné son nom.
Personne n’était au courant jusqu’au jour où il y a eu cette révélation de ces versets. Al Walid ibnu Al Mughira est partie voir sa mère et lui a forcé de dire la vérité. Et c’est là qu’il a découvert qu’il était un fils de zina.


Parmi aussi les moqueurs : An Nadr ibn Al Haarith.
An Nadr ibn Al Haarith quand il voyait le Prophète صلى الله عليه و سلم s’asseoir avec les gens pour leur parler des autres peuples qui ont existé avant. Il leur disait : « Venez Quraich ! Venez gens de Quraich ! Je peux vous racontez des histoires meilleur que celles de Mohammed. » Et il leur parlait des anciens rois. Et il leur disait que : « Les histoires que vous raconte Mohammed se ne sont que de vieilles histoires. » C’est comme cela qu’il empêcher le Prophète صلى الله عليه و سلم de faire da’wa comme il fallait.
A chaque fois, il se mettait entre lui et les gens. Il empêchait les autres d’écouter le Prophète صلى الله عليه و سلم en leur racontant d’autres histoires.

Tellement que Quraich a fait du mal au Prophète صلى الله عليه و سلم ça a donné à un fruit. Un jour, où Abu Jahl avait fait beaucoup de mal au Prophète صلى الله عليه و سلم une esclave qui passait, elle a vu Hamza. Hamza est l’oncle du Prophète صلى الله عليه و سلم. Hamza revenait de la chasse, il ne s’intéressait pas à la religion. Il était jeune et il faisait de la chasse. A chaque fois qu’il revenait à la fin de la journée, il passait par les assemblées de Quraich vers la Ka’ba. Et il leur dit : « Voilà j’ai fait ceci et ceci. Et il leur expliquait ».
Un jour, il était de passage et une esclave l’arrête. Elle lui dit : « Et si tu savais ce qu’a fait Abu Jahl à ton neveu Mohammed », et elle lui a raconté. Cela a mis en colère Hamza ibnu ‘Abd Al Muttalib. Comment cela ce fait que son neveu se fait insulter, on lui fait du mal alors que lui il est vivant.
Il est partit comme d’habitude, il a suivi son chemin vers la Ka’ba. Et il a commencé à leur raconter comme d’habitude : « Et j’ai fait ça aujourd’hui. La chasse était bonne etc… » Il a raconté les détails de sa journée. Et après il a pris une flèche, il l’a jeta sur Abu Jahl.
Il lui a dit « tiens » et il a commencé à lui faire du mal avec la main. Et là tout Quraich était choqué de la réaction de Hamza.
Il lui a dit : « Tu oses insulter mon neveu alors que moi je suis avec lui dans sa religion, que je suis sa religion ! » Là, Quraich était choqué.
Au début Hamza est rentré dans l’Islam, ce n’est pas parce qu’il était convaincu et qu’il avait Al Imane. Il est rentré pour défendre son neveu. Après Allah “سبحان الله و تعالى“ lui a donné la lumière de Al Imane. et Al HamdoulliLLAH son Imane a augmenté et il s’est beaucoup rapproché du Prophète صلى الله عليه و سلم.
Depuis qu’il est rentré dans l’Islam ça a beaucoup encouragé le reste des musulmans et ça a été un fort soutient pour le Prophète صلى الله عليه و سلم et les Sahabas.
Ce que nous avons cité ce sont quelques exemples du mal de Quraich à fait au Prophète صلى الله عليه و سلم.
Comme le Prophète صلى الله عليه و سلم a souffert, les Sahabas ont souffert.
Revenir en haut Aller en bas
 
Cours 6 : la da’wa publiquement
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les cours. Division B.
» IEJ cours et correction des épreuves
» Cours sur le Modèle Linéaire
» NON à la suppression du cours de Grec en CPGE scientifique !
» demande de cours de maths pour mpsi pour le nouveau programme 2008

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sur la voie des Salafs Salih :: étude de la Sira Nabawiya صلى الله عليه وسلم-
Sauter vers: